La vie serait impossible si l'on se souvenait, le tout est de choisir ce qu'on doit oublier.

Publié le par Calou

Cheres toutes, chers tous,

 Depuis le 11 Janvier dernier, pas un nouvel article, une breve ou une photo a se mettre sous la dent. Au nom de la "memoire selective", sans doute, au nom de l'arrivee au debut du mois de Janvier de "Mange-Mouche", "Infirmiere du Monde" et "Softy" plus certainement encore. Que notre bataille a Koh Lanta, Koh Phi Phi et Koh Samui, avec les jaunes pour la conquete des epreuves d'immunite aux Buckets et au Daiquiri aient fait des degats sur ma capacite a dactylographier des evenements, c'est sur et certain !
Bref, une flemme de l'autre monde et l'envoi d'amis par avions charters ont eu raison de la bonne continuation de ce site.
Neanmoins,  hier, lors de l'epique ascencion du volcan Merapi, avec pres de 6 heures de marche a travers la foret, je me suis mis a penser a tout ca, la ou je vous ai laisse de nos aventures, les questions que vous devez vous poser devant vos ecrans, etc... alors je me suis fait un petit flash-back a flanc de colline, le coeur a plein regime dans des montees interminables et les souvenirs des 90 derniers jours reapparaissant comme sortant de la brume envirronante. Je me suis donc laisse porte par le chemin menant a ma memoire, en meme temps que je gravissais ce sommet.

Hier soir a 22h, un 4x4 est venu nous chercher a Gang II, a Yogyakarta, ou nous avons passe la semaine. Un enieme moyen de transport et une conduite hasardeuse qui me permettent de vous faire le parralelekho-sarn-road avec Bangkok, et sa course de Tuk-Tuk effrenee entre l'equipage Ge-Angel et le Jean-Mika-Calou, nos chauffeurs se tapant la bourre pour leur plus grand plaisir et pour nos plus grands frissons. Nous sommes le 9 Janvier dernier, Gerome et Angelique sont encore des apprentis-Thai, des "apprenThai", et Mika est fraichement debarque de l'avion Emirates le menant jusqu'a nous. A l'occasion de ses premiers pas sur le sol asiatique, nous avons decide de lui faire une soiree inaugurale du cote du "World Famous" Khao San Road, dont la simple lecture de ce nom provoquera un sourire et un hochement de tete de quiconque ayant visite la Thailande. Khao San, c'est un condense de bars en terrasse ou les novices regardent avec des yeux grand ouverts la cour des miracles locale aller et venir, de boites ou les confirmes cotoient les etudiants, les mafieux et les Lady-Boy avec une Singha Beer a la main, de restos "dirt-cheap" sur le trottoir assis sur des chaises en plastique multicolores ou un repas pour 5 vous coute moins de 3 euros au total, des vendeurs a la sauvette et a la Soviet', de stands de bouffe (Satays, Curries, Crepes indiennes, Sandwichs etc...) a profusion et d'une foule heteroclyte sans discontinue, un mix entre backpackers du monde entier et Thai de tout le pays. Etait-ce possible de rever d'un endroit plus improbable pour des retrouvailles ?

Je resserre mes lacets, derniere cigarette avec mon The, devant le troisieme but de Niang dans un Marseille-Nancy de la "Liga Perancis" diffuse en direct par la tele indonesienne. Il est pres d'une heure du matin, a nous le volcan ! Nous avons un guide pour tous les 3 et un autre groupe de 6 six avec un guide egalement fait le chamin avec nous. La premiere portion, sur 2km est goudronee, mais nous chauffe bien les jambes d'entree avec un denivele de plus en plus important . 20175 440540515544 565385544 10612714 5903571 nPremiere pause au bout de vingt-cinq minutes, pour avaler un Oreo et et quelques gorgees d'eau. Nous repartons, dans le chemin creuse dans la colline, pasant dans des vallons qui rappellent l'entree du Hellfire Pass ("Le feu de l'enfer"). C'est un endroit que nous avons visite le 11 janvier, la partie la plus meutriere d'une voie ferree instauree par les japonais en 1943 devant relier Bangkok a Rangoon en Birmanie, pour acheminer troupes et munitions dans le but d'envahir l'Inde, l'armee nippone ayant deja le controle de tout le sud-est asiatique. Des milliers de prisonniers de guerre (Anglais, Australiens, mais surtout Thai et Malais) furent envoyes dans les montagnes autour de Kanchanaburi, travaillant 18 heures par jour au rythme du fouet et comptant les morts par centaines a cause des conditions de travail et de detention et des epidemies de colera et de dissenterie. La voie ferree ne fut jamais terminee et un memorial leur est dedie.

Il est desormais 2h du mat' et l'ascencion nous fait transpirer au possible en pleine nuit comme si on sortait de la mer. Le coeur est desormais a 180 et ca tire sur les jambes. Je me dis qu'une fois en haut, ca en vaudra la peine, et j'essaie de me rappeler la derniere fois que mon corps a ete ainsi mis a contribution. C'est la qu'emerge le ViewPoint a Koh Phi Phi. Une demi-heure d'escaliers pas a niveau, par une chaleur hallucinante. phipuiMais au final, quelle vue ! Les deux plages de Phi Phi en contre-bas, des centaines de bateaux en mouillage, l'eau turquoise avec en fond Phi Phi Leh, la deuxieme ile de l'archipel - celebre pour Maya Beach (la plage... de "La Plage" ;)), Viking Cave et surtout ses spots magiques pour faire du snorkelling-, que nous avons fait avec Gwladys, Meliss et Geoffrey, non sans tomber en panne en plein milieu de la mer avec notre Long Tail Boat dirige par Captain Shmoll. Apres le point de vue, nous etions meme redescendus de l'autre cote de l'ile pour passer l'apres-midi sur les plages de Rantee et Lomodee. Le reve...

Avec l'altitude, le brouillard fait desormais de regulieres apparitions, avant de laisser la place a la pluie. On commence a souhaiter qu'une route secrete n'apparaisse et que des scooters nous y attendent, meme avec un sol sableux comme ca, ca irait. Je regarde Jean, et je souris en me rappellant de lui revenant du Marine National Park de Koh Lanta, couvert de terre ! La fine equipe que nous etions avait loue des petites "motobylettes" pour faire un grand tour de l'ile et nous etions alles nous baigne a l'extremite sud, ou apres 10km lantade route et 3km de piste en sable on accede enfin a ce parc national. Un phare, sur un promontoir surplombe la longue plage de sable blanc, l'eau y est exquise et des petits macaques vont d'arbres en arbres. Le paradis au fond a gauche...

Oups, une p'tite glissade de Mika, a deux metres devant moi ! Un peu de terre sur le short, il a l'habitude de ca sur terre batue. Le relief est desormais de plus en plus aride et le chemin laisse au fur et a mesure place a un peu d'escalade. Allez courage, le sommet n'est plus qu'a une heure d'ici ! raiOn est pas encore aux murs d'escalade de Railey, pres de Krabi mais ca continue de monter. Railey beach est un spot d'escalade mondialement connu et ses plages, accessibles uniquement par bateau sont surfrenquentees en haute-saison. L'ensemble de l'archipel est compose de paysages karstiques, deplages donnant sur une eau turquoise et un fond coralien rempli de poissons par dizaine de milliers, un regal pour nos masque-tubas et nous, un bonheur pour Ge et Angel qui vivaient la leur dernier jour de voyage. Khap khun khrap pour ce magnifique mois de Janvier les enfants !

Un vent glacial nous attaque par la droite, l'arrivee est proche, le paysage est lunaire ! Seule la Lune, justement, manque a l'appel. Les lumieres eparsent dans la vallee se fondent comme dans la continuite des quelques etoiles qui ressortent des nombreux nuages au dessus de nos tetes. La temperature est en chute libre et on se serre les uns-les autres dans des cavites de roche volcanique pour ne pas crever de froid. La Lune pointe alors le bout de son nez et je l'imagine pleine et brillante comme un 30 Janiver dernier. 97588-Full-Moon-Party-0Port de Koh Samui, 18h, nous embarquons dasn un speed boat a destination de Koh Pahn Gan, a 30 minutes face a nous, terrain favori de la plus grande fete sur la plage au monde : La Full Moon Party. Une rave, les pieds dans l'eau avec 10 000 autres routards et fetards du monde entier, passant de bars en bars, buckets de Vodka-Redbull a la main, faisant des allers-retours a l'Outback pour voir Matt, mon pote anglais d'Australie, resident Thailandais desormais. On croisera meme un autre Travelling-Berlugan en la personne de David Farrug'. Enorme du debut a la fin, jusqu'au matin 8h et le bateau de retour...

Nous nous faisons une raison, de lever de soleil, nous ne verrons jamais aujourd'hui... En revanche, la pluie commence a tomber et nous sommes redescendus du Mont Merapi au ryhtme des gouttes, glissant de rocher en rocher jusqu'a la fin. On descend, on descend, et on continue de descendre, vers le pied de la montagne, vers le sud, vers la Malaisie, Singapour -deja traversees-, vers Java ou nous sommes a present et lundi prochain vers Bali, dernier chapitre des peregrinations asiatiques pour Jean et moi. Dans un mois, nous serons berlugans a nouveau, changes, transpires, marques, fatigues, ravis, surmotives, pensifs, heureux, comme on peut l'etre quand on gravit des sommets ;)

Publié dans Indonesie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
G

merci pour tout mon ami .


Répondre
C

Mais avec grand plaisir mon Ge !