Man tong thon

Publié le par Calou

Nouk Nouk noc noc !

Enfin des nouvelles du Sud du Laos...

La raison principale de cette absence d'articles etait due a notre semaine passée a Si Phan Don ("Les 4 000 Iles"), a environs 150 km au sud de Pakse. Ce sont des iles disseminées sur des dizaines de kilometres le long du Mékong jusqu'aux frontieres Thailandaises et Cambodgiennes. Depuis nos hamacs, on a d'ailleurs l'impression que le temps s'est arreté et qu'elles sont tout doucement parties a la dérive... A moins que ce soit nous ?
J'ai pas mal discuté ces deux derniers jours avec tous nos partenaires d'exil ensoleillé pour savoir ce que l'on pouvait résumer sur Si Phan Don, et en particulier l'ile de Donedet ou nous avons pris racine durant 6 jours. Personne n'est d'accord sur la version des faits mais en revanche tout le monde s'accorde a dire que c'est endroit est un petit paradis sur terre pour le routard égaré si loin de tout.
SANY1640En fait je pense que cette semaine de pure détente pourrait se résumer a une seule journée. Comme si le soleil s'était levé dimanche dernier sur les iles et que nous allions nous coucher ce soir a Pakse sans meme savoir que six jours s'étaient écoulés.
A l'aube ce cette aventure, il y a eu trois heures de bus puis de petit bateau a moteur, pour rallier la plage au nord-est de Donedet. Nous avons marché une centaine de metres dans la rue principale pour tomber sur nos deux premieres Pop-Stars du séjour : Mama Doun et Mama Pom. Deux petites vieilles adorables qui tiennent une guesthouse ainsi qu'un petit restaurant. La premiere, surnommée "Mamie" avec son accord, nous invite a prendre possession de notre bungalow "Boat" a 30 000 Kips la nuit (2,5 euros), équipé d'une petite terrasse ainsi que deux hamacs. La fenetre sur l'arriere offre une pleine vue sur les rizieres, asséchées en cette période de l'année, terrain de jeu favori des Water Buffalos. SANY1663De nombreux animaux viennent égayer nos journées, que ce soit les grenouilles aux toilettes, les coqs qui chantent non-stop 24h/24, ou encore les armadas de moustiques lorsqu'un certain Jeanjean a verrouillé la porte de l'intérieur avant d'aller ronfler et que je suis obligé de pioncer dans le hamac... Mais l'espece la plus représenter sur l'ile reste le Falang. Comme expliqué lors du dernier post sur le blog, Le Falang signifie littéralement "Francais" mais plus largement désigne les Blancs ou encore les touristes. C'est un moment utilisé a la fois par les locaux pour parler de nous et par les touristes pour parler d'eux. Le casting en or de cette semaine est composé de votre serviteur ici-présent, avec l'aide appuyée de notre Jeanjean national ainsi que de Maxime (un Nantais, habitué de la Thailande, rencontré plusieurs fois déja au Laos), de Marco (Patron d'un snack au Lavandou et qui parcoure la planete depuis les années soixante-dix), et surtout de beaucoup de BeerLao, de Lao-Lao, de Shaksuka (sorte de sauçon de tomates SANY0849surmonté de deux oeufs au plat, devenu notre brunch favori), de parties de billard a ralonge, de parties de foot occasionelles avec les Laotiens, de couchers de soleils hallucinants et de festins chez l'indien (Parce qu'on est bien chez l'indien)... Jean-Pierre Falang est donc né de nos innombrables conversations, insensées pour certaines, mais qui durerent parfois de 11h jusqu'a 2h mat' sans discontinu, assis tous les quatres (souvent avec de nombreux invités supplémentaires) a refaire les mondes, notamment celui des voyages. La bande sonore comporte, selon le bar et l'heure du jour ou de la nuit, du Bob Marley, du Bob Dylan et surtout un tube de pop Thai ramené par Maxime qui raconte le lendemain difficile d'un Thai ayant la gueule de bois et qui décide de vaincre le mal par le mal, et que nous avons écouté en boucle chez les Mamies. C'est la qu'arrive le personnage imaginaire de Jean-Pierre Falang ("Naiiisse tou mite you !"), qui représente le bon français en vacances, parlant un "Franglais" impécable ("Just a boutade", "It is a goude plaaace to bi", "Do you speak Ingrid ?" etc...) et surtout plein d'idées reçues semi-colonialistes a la Jean Dujardin dans OSS 117. SANY1684Les mamies et d'autres "happy" voyageurs ont tout de suite adhéré au projet. Ce genre d'histoire perd évidemment de sa saveur par écrit, mais sachez qu'il était le fil rouge de nos fourres de rire. Naiiise to mite you !  Dans un pareil état de loque-attitude ou le moindre évenement de la vie quotidienne devient presque un exploit : Prendre un petit-dej', une douche, meme une décision. Mais ne croyez pas que nous soyons les seuls atteints par l'envie de rien foutre. C'est juste se mettre au rythme de Donedet. Par exemple les questions les plus posées sur l'ile doivent etre : "Vous etes arrivés quand ?", "Vous venez d'ou ?", "Vous partez quand de Donedet ?" (celle-la est costaud je reconnais), et surtout la meilleure, donnant souvent droit a de belles rigolades "Vous avez fait quoi aujourd'hui ?". Pour toutes ces interrogations "de politesse" les réponses sont plus souvent mimées, ou chantées, voir onomatopées : "Bof", "J'sais puuu..", "Ahuuuu", "Quoi ?", "Pffff...", "Neanche un cazzo", "I dunno..." etc...
SANY1702Au final, la seule journée n'ayant pas été entierement consacré a dire et/ou faire de la merde, fut la balade en vélo jusqu'aux cascades sur l'ile de Don Khone. Apres avoir loué nos engins de la mort, nous avons roulés une vingtaine de minutes jusqu'au pont datant de l'Indochine francaise, reliant Donedet a Done Khone. Les cascades sont encore a dix minutes de la. Nous nous arretons prendre quelques photos de cet endroit ou le Mékong rétrécit et donne une grosse impression de puissance. On est ensuite allé glander (tout un état d'esprit que d'organiser sa journée glande) un peu plus bas, sur un belle plage de sable avec une petite baignade dans le "not-so-clean" Mékong. Le soleil commencant a se coucher nous avons repris les chemins, avoir pour moi une belle crevaison a la clé. Heureusement un petit bar sur le bord de la route se propose de me le réparer pour 5 000 kips. On fait donc l'apéro la-bas avant de regagner Donedet au crépuscule.
En résumé, ces iles étaient la plus belle facon de cloturer nos trois semaines incroyables passées au Laos. Kop Jai La-Lai a tous pour ces super moments.
Ce soir, au terme de notre soixantieme jour de voyage, nous dormons de nouveau a Pakse avant de nous envoler des demain pour un nouveau challenge, et pas des moindre : La Thailande. Nous atterrirons demain apres-midi a Chiang Mai, au nord-est du pays.

A la prochaine !

Jean-Pierre Falang, Jean et moi-meme.

SANY1716

Bonus : "MAN TONG THON", Hymne officiel de notre séjour sur les iles.

Publié dans Laos

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article