Off the beaten tracks

Publié le par Calou

Comme annoncé Mardi dernier sur le blog, nous sommes partis 2 jours (et 3 nuits...) en direction de Sapa, dans les Alpes Tonkinoises. Pour ce faire, nous avons du prendre le train de nuit, d'Hanoi a Lao Cai.
Avant cela, durant la journée, nous avons un peu trainé au lit en attendant que la chaleur ne passe. Puis nous sommes allés nous perdre dans les rues d'Hanoi, a la recherche d'un petit resto ou se poser pour déjeuner. Droite, gauche, nord, est, un peu au sud, on repique a droite... Et au moment meme ou ne ne savions absolument plus ou nous nous trouvions, Jean m'annonce : "Ok, maintenant il faut retourner un peu au Sud". D'accord. Je traverse donc la rue, je contourne une camion garé en plein mitan. Je me retourne, plus de Jean. Je reviens au carrefour, il n'est nul part, j'avance un peu dans l'autre rue, toujours pas de Jeanjean. Je me plante donc au carrefour quelques minutes, me disant que ne me voyant pas, il ferait chemin inverse. C'est mal connaitre mon accolyte, qui en fin de compte a continué tete baissé sa fuite en avant sur plusieurs bornes. On se sent aidé :) J'ai arreté un Tuk-Tuk (pousse-pousse) qui m'a ramené jusqu'a l'agence de voyage. Nous avons rendez-vous a 20h, je me suis dit qu'il aurait la présence d'esprit de s'y rendre un jour ou l'autre. 10 minutes de Tuk-Tuk plus tard, je suis arrivé a destination. La meuf de l'agence est étonnée de me voir arriver seul. Je lui explique l'histoire et on en rigole tous les deux.


Finalement, Jean est arrivé un quart d'heure apres moi. Il avait effectivement tracé sa route bien au sud, si bien qu'il était retourné jusqu'a la Gare sans s'apercevoir que je ne le suivais plus. La Figa !.


Du coup il s'est remis a marcher vers le lac, tres étonné d'arriver a celui-ci par le sud-ouest. Puis il a longé le lac jusqu'a l'agence. On a donc décidé de s'en cantonner a des reperes visuels simples. LE LAC. On est retouré au bar situé en haut de l'immeuble ou nous avions pris un verre la veille et on a pu y voir le coucher du soleil. On a mangé sur place, afin de prendre des forces pour le train et on est retourné vers 18h30 a l'agence, blaguer un moment avec l'agent de voyage.
Un taxi est venu nous prendre a 20h. A l'interieur deux néerlandais : Robert et Pedro. La soixantaine passée, deux guerriers qui ont fait des treks sur les trois quarts des montagnes de cette planete. On passe prendre un couple d'anglais, beaucoup moins funky que nos deux nouvelles idoles. Le p'tit viet qui nous accompagne nous donne les tickets de train. Ce soir on dort dans un compartiment 6 personnes pour économiser quelques dollars. Wagon numéro 2. On doit attendre une vingtaine de minutes avant de monter a bord, le temps qu'ils vérifient que personne ne soit accroché sous le train ou planqué dans les toilettes. La fliquette nous donne le feu vert pour monter a bord. Nous sommes les premiers occupants de la cabine, on occupera les couchettes 33 et 34, face a face au deuxieme lit. Il ya trois lits supeposés de chaque coté. Un couple en dessous de nous et deux autres gars au dessus. Il n'ya pas un seul touriste dans nos wagons. Je m'endors assez rapidement, avant meme que le train n'ait démarré. Un bon roupillon de deux heures. Par la suite il fut un peu plus dur de trouver le sommeil. On cherche sa position, les ronflements nous genent, les bruits du train, des portes coulissantes qui claque, la lumiere etc... Heureusement on peut taper des pauses clope entre deux wagons. Quand je suis revenu Jean dormait deja, tout comme le reste de la cabine. J'ai un peu tourné eb rond pendant une heure,  et enfin... boom ! Dormi d'un seul trait jusqu'a destination : Lao Cai, porte d'acces a la Chine (la frontiere est a seulement 3km de la Gare). Un peu la tete dans le paté quand Jean vient me secouer. On plie bagage et nous dirgeons vers la sortie ou un guide nous attend avec un panneau "RASCAL REBUFFEL". Parfait ! Le temps de réunir tous les touristes disséminés a droite-a gauche et nous voila partis dans le minibus... Ah non, apparement il en manque deux. On fait demi-tour pour choper deux irlandais pas tres réactifs et nous voila partis dans la montagne, avec une conduite assez "rallye" en route vers Sapa, a 1600 metres d'altitude. Fondée en 1922 par les francais, la capitale touristique du nord-est du Vietnam est notre bouffée d'oxygene apres Hanoi. C'est le point de départ de nombreux treks et randonnées a pied, en VTT ou en moto. Nous arrivons a 8h00 a l'hotel, le temps de faire le check-in et de prendre une douche apres la nuit que nous venons de passer. 9h, rendez-vous dans le hall pour rencontrer notre guide, Dom, qui me demande de reconnaitre mon nom sur la liste (c'est devenu "RACAL PEBUFFEL") qui nous annonce le programme du jour : 12km jusqu'aux villages Hmong (une des ethnies montagnardes) de Giang Ta Chai, via Lao Chai et Ta Van. Mais dans la foulée, et sous l'impulsion des papys hollandais surmotivés, il nous propose un parcours alternatif, qui n'emprunte quasiment pas la route goudronée du début a la fin. Tout le monde était d'accord donc nous sommes partis a travers le village de Sapa, pour descendre vers le sud. Dans la cordée : Robert & Pedro "The Flying Dutchmen", un couple allemand Nicole et Julian, les Irlandais mous du bulbe et nous deux. Des femmes et des enfants du village de Lao Chai font la route avec nous. Un kilometre apres le village, nous bifurquons donc sur la droite pour prendre un chemin qui descend tout droit vers la riviere. Jeanjean est "in gamba" et fait la course en tete. il nous attendra, tout en bas, les pieds dans l'eau. Tout au long du chemin, des buffles qui pataugent dans les rizieres, des locaux qui transportent des sacs de briques rouges sur leurs motos, des cochons sauvages, des sous-bois et des sous-bambous... Une fois franchit le pont, nous faisons une halte de quinze minute avant d'attaquer la montée sur la colline en face. Nous croisons des petits groupes d'enfants qui viennent de finir l'école et nous lancent des "Hello" ! J'essaie de leur dire "Xin chao" mais les fillettes qui nous accompagnent me disent : "Mais c'est des Hmong y parlent pas vietnamien". Ok, ca va les filles on se détend, moi j'essaie de faire des efforts. La pente commence a tirer dans les jambes de tout le monde et nous attendons le reste du groupe  a l'ombre d'une foret de bambous. Dom nous montre ensuite la suite du parcours, nous devons faire les équilibristes a flanc de rizieres, pour ne pas tomber a gauche dans la flotte un metre plus bas, ou sur la droite, moins bas mais dans un metre de flotte. Jean a deja retiré ses tongs pour etre plus proche de la nature et patauge, tel un buffle, dans la riziere. Nous arrivons ensuite au college pour les 11-15 ans qui réunit les enfants de toute la vallée sud de Sapa. Nous nous asseyons avec la directrice dans la salle des profs ou Dom, nous parle un peu du systeme éducatif vietnamien. L'école est obligatoire jusqu'a la fin du lycée, les cours se déroulent uniquement le matin (avec soutien scolaire les apres-midi pour les moins bons eleves) et les enfants habitant trop loin du college peuvent etre logés dans des cabanes en bois sur le coté du batiment. Depuis l'endroit, nous apercevons tout en bas, pres de la riviere, le village de Lao Chai que nous atteignons 20 minutes plus tard pour y déjeuner. Au menu, omelettes, tomates, concombres, vache qui rit, bananes et pommes. Autour du restaurant, une centaine de femmes de 7 a 77 ans qui essaient de vendre des vetements tradtionnels a tous les touristes. Apres le dejeuner, on repart a travers Lao Chai puis juste apres Ta Van et enfin Giang Ta Chai. On aura fait, grace a tous les détours inspirés par Dom, pres de 17km en dehors des sentiers battus. Le minibus nous ramene jusqu'a l'hotel. Une bonne douche et nous partons visiter Sapa, principalement a la recherche d'une creme apres-soleil, et aidés pour l'occasion. On a ensuite fait le tour du lac avant de descendre derriere l'église pour marcher le long de Cau May, la rue ou se trouvent la plupart des restaurants. On a diné au restaurant Gerbera a l'heure des poules, et on est allé se coucher... a 20 h:)


Debout douze heures plus tard pour se préparer et en ouvrant les volets, on découvre que le grand soleil de la veille a laissé sa place a un épais brouillard qui nous masque presque l'immeuble de l'autre coté de la rue. Un rapide petit-déjeuner, on enfile le pull et c'est parti, meme petit groupe, les Irlandais en moins. Cette fois, le programme doit nous mener a Cat Cat aller-retour, mais Dom veut nous faire découvrir aussi Sin Chai. On marche donc sur la route qui part vers le nord, avant de prendre un sentier boueux sur la gauche et de redescendre, chacun avec notre baton en main, vers Sin Chai. La bruine a eu pour avantage de nous révéler les nombreuses toiles d'araignées, ainsi que leurs habitantes a huit pattes. Plus loin, Dom nous pointe quelque chose dans les buissons, puis un peu partout autour des maisons, en arbustes, mais aussi en buissons en meme jusqu'a 3-4 metres de hauteur. Il s'agit d'un des représentants de la famille des Cannabaceae (merci Wikipedia), a savoir du cannabis... Partout, mais alors partout ! Y'en a plein ! La récolte est déja terminée et on peut sentir dans toute la campagne que les paysans s'en servent pour allumer le feu et bruler la terre des rizieres qu'ils mettent en jachere. On entame ensuite la descente jusqu'a la riviere ou on peut prendre des photos de la superbe cascade avant la remontée périlleuse vers Cat Cat avec pres de mille marches au total. Ca commence a piquer un peu dans les jambes ! Une fois au village on boit un thé glacé en attendant le couple allemand qui traine un peu la patte. Un dernier raidillon dans les rizieres et nous voila de retour sur la route principale, a quinze minutes de l'hotel. Il nous faut encore traverser Sapa pour y arriver. Le brouillard y est encore plus épais que ce matin et on ne voit plus des gens mais des formes soritr de l'ombre et les batiments ont carrément disparu de la carte.
Apres une douche chaude dans une chambre prétee a cet effet par l'hotel nous sommes allés boire un chocolat et manger une "Tartine-flette" chez Baguette & Chocolat ou on a discuté pendant pres d'une heure avec Robert et Pedro, nos héros néerlandophones (pas facile a placer dans une conversation le mot "néerlandophone"), de voyages, de la vie, de pas mal de trucs en fait. Je pense que nous quatre sommes fans les uns des autres parce que quelque part ils auraient aimé avoir commencé a voyager a nos ages et on aimerait bien en faire autant qu'eux aux leurs.
A 17h le minibus nous a ramené a Lao Cai ou nous avons poireauté trois heures avant que le train ne parte vers Hanoi. On partageait cette fois la cabine avec une famille, dont un p'tit bébé qui nous chantait des "Hello Hello Hello" avec les yeux écarquillés quand il nous voyait. En fait un peu comme Jeanjean dans les champs en s'adressant aux plantations :P
Le train est arrivé a 5h30 ce matin a Hanoi, nous avons pris un taxi pour l'hotel et réveillé les veilleurs de nuit pour avoir notre chambre.
Demain nous partons finir en apothéose ce grand tour du Vietnam par un de ses joyaux : la Baie d'Ha Long. De retour a Hanoi mardi soir, nous ne manquerons pas de vous inonder de photos !

Et faites comme nous : Soyez cochons et restez sauvages.

Publié dans Vietnam

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article