ສະບາຍດີ ຫລວງພະບາງ ("Sabaidee Luang Prabang")

Publié le par Calou

Sabaiidee !!!

Et oui, Sabaiidee a toutes et a tous depuis Luang Prabang, au Nord-Est de la République démocratique populaire du Laos (ren qu'aquo !) et ancienne capitale du Lan Xan ("Le royaume du Million d'éléphants" - Manda !) ou nous nous sentons si bien que nous avons décidé de nous y installer pour quelques jours et quelques nuits. La ville est toute tranquille, posée la sur une presqu'ile entre le Mékong et la riviere Khan. Pas de klaxons, peu de scooters, des marchés nocturnes, plein de petits restos en bord de fleuve, des éléphants, des temples et des buddahs a tout va et surtout, tout le monde est absolument adorable... Ah on est déja chez nous...

Je reviendrais sur les mérites de Luang Prabang a la fin de cet article. Auparavant, faisons un petit débrief' des dernieres aventures vietnamiennes...

De la Baie des Fourmis a la Baie d'Ha Long
Nous sommes partis dimanche matin en direction de la Baie d'Halong, a environs 150km d'Hanoi. Apres une petite embrouille avec le réceptionniste qui essayait de me la faire a l'envers sur la facture, nous avons été "pickés" au passage par le minibus nous conduisant jusqu'a Ha Long City. A bord du bus magique, un casting hétéroclyte comme d'habitude : Nous deux (que l'on ne présente plus), un couple de francais, un couple irlandais, trois allemands, quatre argentins et enfin deux coréens. Un chose nous réunit : La passion pour les trajets en bus. Résultat tout le monde pionce du premier au dernier kilometre, ouvrant a peine l'oeil pour la traditionnelle pause-pipi au lieu-dit "Le piege a Cons".
En arrivant a Ha Long City, le point de départ de toutes les croisieres sur la baie, nous remettons nos passeports au capitaine de la jonque. Une fois qu'il nous ait tous pointés a la police portuaire, nous voila embarqués pour 3 jours sur le bateau, au milieu de 1969 iles et ilots, creusés de grottes et couverts de végétation, que contient la baie d'Ha Long. Tout est parfait... sauf la météo, mais on peut pas tout avoir. Certes, nous n'avons pas eu de pluie, mais le soleil n'a jamais pointé le bout de son nez et surtout une petite brise venue te caresser les os ne nous a pas quitté de tout le long. Mais qu'importe ! A l'abordage moussaillons...
Vers 13h, nous nous sommes joints a la table de nos trois Frankfurters (Patrick, Rouven et Alex) pour partager le déjeuner mais aussi quelques histoires de voyage. Apres-manger nous avons pris place a l'avant du bateau a la fois pour fumer la cigarette d'usage, mais surtout pour se poser la, a contempler l'endroit. Des iles de toutes parts émergent au compte-goutte a travers la brume. Toutes et aucunes ne se ressemblent étrangement. Une petite heure apres nous faisons escale dans une crique pour aller visiter des grottes, un peu plus haut dans l'ile. Bien que les cavernes aient été peuplées il ya deja pres de 4000 ans, celle-ci, la plus vaste, n'a été découverte qu'en 1993 et rendue accessible au publique il y a seuleument dix ans. Pour la petite histoire, il paraitrait qu'un pecheur ait vu un singe s'enfuir de branches en branches puis disparaitre dans une cavité et a donc décidé de l'y poursuivre, tombant sur la grotte et dans la grotte en meme temps. Un chemin et des jeux de lumieres ont été depuis aménagés grace a un financement de l'Unesco (Ha Long est au patrimoine mondial depuis 1994). Le guide, sans doute completement possédé par je-ne-sais-quoi commence a nous décrire que telle forme représente un dragon, ou telle caillasse une silouhette de femme, ou encore telle stalagmite est un bouddha. Oui, euh... si tu veux, c'est toi le guide ! Bon ben les autres suivez le guide, nous on va pas rester la... Dans l'ensemble c'était tres beau en tous cas, et apres la visite nous retournons au quai pour sauter d'une jonque a l'autre pour rejoindre la notre.
Une petite demi-heure plus tard, la jonque accoste une base flottante au milieu d'une crique ou nous sommes conviés a monter a bord de canoes biplaces pour trois quart d'heure de flottaison a la force des bras. Ceux de Jean surtout, car depuis l'arriere du canoe, je m'occupe surtout des photos. On est parti deux iles plus loin a l'aventure sur la mer de Chine, avant de remarquer une cavité dans la roche. En avant toute ! Nous pénétrons a l'intérieur d'une ile par un tunnel d'environs trois metres de haut, trois de large et dix de long. Et la... Pas un bruit, quasiment plus une vague, on est au comme dans l'oeil du cyclone.
Petit tour d'horizon avant de faire machine-arriere pour retrouver le bateau, car la nuit commence a tomber. De retour a bord, nous faisons encore un peu de chemin jusqu'a notre escale pour la nuit. Nous jetons l'ancre au centre d'un cercle formé par une vingtaine d'iles. Le diner, identique au déjeuner (classiques vietnamiens pas cher : Tofu, salade bouillie, algues, riz, poisson etc...) et nous finissons le repas avec un argentin, Sebastian, en vacances de son Working-Holiday visa en Nouvelle-Zelande, qvec qui nous prenons place sur le pont superieur, éclairés par les étoiles, la lumieres des bateaux. Plantés la, avec nos bieres, a parler de rien mais surtout de tout, en se tapant une bonne fourre de rire pendant quelques heures, on en oublierait presque qu'on se pele le jonc sur la jonque. Nous avons regagné notre cabine et passé une nuit... fraiche !
Un peu congeles en se levant a 7h, on a rejoint tout le monde au petit dej' et le thé nous a un peu réchauffé le corps. Vers 9h nous sommes arrivés a Cat Ba Island, la plus grande ile de l'archipel, avec ses 140 km2. Nous avons pris un bus qui nous a conduit jusqu'au Parc National de l'ile ou un petit guide d'environs cinquante ans, com-plé-te-ment cramé du cerveau nous emmene en balade de deux heures jusqu'au sommet de l'ile et sa tour d'observation. Pardon ? Pourquoi "cramé" le guide ? Ah ben parce qu'il s'envoit du tabac infame (l'argentin a tésté il a faillit y perdre un poumon) dans des Bangs en sautant de branches en branches, il court devant, derriere, parfois meme au dessus de nous en poussant des cris, il se suspend la tete a l'envers aux lianes, il te saute sans prévenir dans les bras, il part se planquer derriere des buissons pour faire peur au gonzesses, il te secoue les branches sur la gueule pour que tu te prenne la rosée etc.. J'en passe et des cramées. En tous les cas il nous a bien fait rire de bon matin avec ses conneries. Ca grimpait un peu fort pour nos pauvres organismes fatigués de vingt-cinq ans mais la vue depuis le sommet etait assez fantastique. Toutes les vallées environnantes avec de la foret tropicale a perte de vue. Le bus nous a ensuite conduit a Cat Ba City, petit port de peche de 5000 habitants au sud de l'ile. Un port, deux rues, 50 hotels. C'est LE point de chute de tous les voyageurs en villégiature dans la région. On fait le check-in puis déjeunons sur place (meme repas que le dejeuner et le diner de la veille, ca commence a faire...) avant de partir en excursion l'apres-midi sur Monkey Island. On retrouve dans le petit groupe Sally et Sarah, deux tasmaniennes entrevues le matin meme. En arrivant sur Monkey island, notre débarquement est un peu retardé grace a l'équipage qui a jeté l'ancre, mais alors jeté quoi, sans trop l'attacher a quoi que ce soit sur le bateau. Le temps qu'ils nous désensable et qu'ils récuperent l'ancre, nous voila partis sur une petite barque a la rencontre de nos amis les singes. Ils sont cinq ou six a guetter le touriste sur la plage. Un anglais se fait piquer son paquet d'Oreos par une des bestioles tandis qu'un autre singe chope la canette de Coca d'une meuf et commence a la boire. Malheureusement j'étais un peu loin de la scene pour esperer revendre la photo a The Coca-Cola Company. Nous avons emprunté un chemin qui nous donne une petite vision d'ensemble de l'ile. Avec la plage, les palmiers, la jonque etc... ca rappelle pas mal de films, je vous laisse libres du choix des titres.
Apres une petite sieste devant la rediff de Irlande-France de samedi dernier, nous sommes passés a table avec le couple de francais. Nous avons bien entendu partagé le sempiternel Grand Chelem de la mauvaise cuisine viet.
Apres le diner on est monté a la chambre voir un peu la vue depuis notre balcon sur les bateaux éclairés et le froid qui plane sur Cat Ba ne nous a pas trop décidé a tenter l'aventure plus loin que ca dans les bars.
Mardi matin, apres une douche chaude de rigueur, on s'est régalé d'un pain rassi accompagné d'une portion de vache qui rit avec un thé a l'eau du Mékong, avant de partir pour la jonque, qui nous fait un dernier tour d'honneur des iles pendant 2-3 heures avant de revenir a Ha Long City pour le déjeuner, qui, comme vous vous en doutez, a un petit arriere-gout de de "déja-vu". Apres les trois heures de bus conduit une nouvelle fois par un chauffeur qui croit dur comme fer en la réincarnation, nous sommes retournes nous poser a l'hotel a Hanoi. La encore, douche chaude et sieste pour essayer d'enrayer la creve. Le soir, nous réalisons que nous allons passer, déja, notre derniere soirée vietnamienne. On se décide donc pour se faire péter un un restaurant gastronomique vietnamien. The Emperor étant fermé, nous avons demandé au taxi de nous déposer au Wild Rice. Service 5 étoiles, boissons délicieusement préparées et surtout.... les plats ! Un pur bonheur, la quintessence de tout ce qui nous a plu dans la cuisine locale, mais préparée par un excellent chef. On se pince presque apres chaque bouchée pour savoir si jusqu'a présent nous étions déja morts ou pas encore vivants. Parmis les plats, des assortiments de rouleaux de printemps, samosas, canard roti au paté (!) et au poivre vert, brochettes de viande au Satay et poulet épicé aux graines de sésame. L'addition a bien sur atteint des sommets, puisque nous en avons eu pour pres de 1,2 millions de Dongs (= 45 euros). Mais quel repas, sérieux !


Vietnam Immigration - Noi Bai - 196A - 18/11/2009
Et oui, c'est aujourd'hui... 18 Novembre 2009, voila maintenant un mois que l'on a entrepris la remontée du Vietnam de Saigon a Hanoi. On a passé une sale nuit a l'hotel a s'enfouir au fond de la couette tant la temperature avait baissé et a écouter les rats se taper la bourre dans le faux-plafond. Du coup, il est temps de quitter la ville. Taxi pour la Gare, déjeuner au Lotteria, puis tentative de négociation serrée du prix du taxi pour l'aéroport. Au détour d'un stand de boissons, on retrouve par hasard sur Sally et Sarah du trip Ha Long Bay. Elles partent sur Da Nang puis Hoi An on a discuté un peu des deux-trois bons plans qu'elles peuvent rencontrer sur leur chemin. See you Tassie Girls ! Un peu de wifi pompé a l'étage supérieur et il est déja l'heure de s'enregistrer pour le vol QV323 de Laos Airlines a destination de Luang Prabang. Le douanier prend le passeport, l'ouvre a la page 10-11, fait taper deux fois le tampon sur l'encre avant de le porter sur la page 10 : Vietnam Immigration - Noi Bai - 196A - 18/11/2009. Par ici la sortie...
A bientot le "Nam", on t'oubliera pas de si tot !

Le Chant du Coq

Notre vol a atteri dans les temps sur le coup des 19h. Petites formalité de douanes plus tard, nous voila embarqué dans un taxi, payé, comme le visa, en euros - ca passe ! - et nous voila parti pour le centre de Luang Prabang. Enfin bon, le centre... C'est pas bien grand... 25 000 habitants, l'essentiel de la ville sur un kilometre carres, pas beaucoup de bruit, on est a Beaulieu-sur-Mékong ! un sympathique agent de voyage encore ouvert se démerde a nous trouver une chambre double a 10$ la nuit. la plupart des Guesthouses du centre étant completes, celle-ci est un peu en retrait (100 metres de piste en terre en dehors de la route principale. Ce sera notre point de chute pour la nuit. Un peu de comatage devant TV5 Monde, je m'endors vers minuit. Jean s'endormira un peu plus tard en laissant la télé allumés. C'est la que "Le Chant du Coq" prend toute sa signification. Le bruit d'un coq qui hurle a la mort qu'il fait jour alors qu'il fait encore nuit me sors de mon sommeil. Il est 4 heures du matin. En contrepartie, je réalise qu'en haut a droite de l'écran télé, a coté du logo TV5 Monde, on dispose désormais de la mention "En Direct" et qu'en-haut a gauche cette putain d'équipe de France est en train de perdre d'un but a domicile. Je fais un bond pour me retrouver au bout du lit pour suivre, un peu tendu, le dénouement que vous connaissez tous. La France participera a la Coupe du Monde de Handball de Foot et c'est bien la l'essentiel ! Et ce putain de coq s'est remis a chanté sans discontinue...
Aujourd'hui, nous nous sommes réveillés vers 10 heures. J'ai raconté a Jean les exploits sportifs de la nuit et nous sommes partis a la rencontre de Luang Prabang. En un mot : "Conquis", que nous sommes. On va d'ailleurs aller prospecter une chambre d'hotel plus sympa en bord du Mékong pour y passer quelques jours de pure détente.

Allez les Bleus et Sabaiidee a tous !

Publié dans Laos

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article