Il me semble que la misère serait moins pénible au soleil

Publié le par Calou

Cheres toutes, Chers tous, Sherpas,

C'est avec une joie non-dissimulée que je vous annonce que la temperature exterieure est actuellement de 30 degres, que le soleil brille et que l'idée meme de porter un tee-shirt n'est acceptée par le corps uniquement pour cacher un certain amas graisseux, fruit de deux mois de travail avant de tomber nez-a-nez avec Burger King et la Chang Beer :)
Tout ca pour dire que ca y est, la Thailande se rajoute a la liste ! Depuis dimanche nous avons posé nos sacs a dos du coté de Chiang Mai, dans le nord-est du pays.SANY1828
Sur les recommandations avisées d'un expert en météorologie berlugane, nous avons séjourné au Bungalow Guesthouse. Un peu en dehors du centre-ville, mais tres au calme dans un petit oasis de verdure, et tenu par deux frangins francais qui sont arrivés en Thailande il ya une dizaine d'année et qui ont la réponse a toutes nos questions de Falangs fraichement sortis de l'avion.
Apres une premiere journée passée a arpenter les rues de Chiang Mai, nous sommes partis Mardi matin pour un trek de trois jours dans les montagnes a deux heures au nord de Chiang Mai.
Trip excellent, petit casting de 14 personnes, guide hyper sympa et c'est parti pour l'aventure dans la Juuuuuuunnngleeee.

SANY1880Premier arret au marché local avant de filer vers le camp des éléphants d'abord pour déjeuner puis pour partir en balade sur leur dos pour une trentaine de minutes. Le mahout dirige l'affaire au baton et a la voix ("Pai, Pai" = En-avant !) et nous sommes trois par éléphants, deux sur la "chaise" et un sur la tete. On est descendu le long d'un petit chemin avant de remonter par la riviere. Super balade, en plus, Babar était de bonne humeur ca allait. Juste avant d'arriver au camp, on voit deux éléphanteaux qui prennent leur bain dans un petit lac.
Une fois descendus de nos montures on peut nourrir les bestioles a grand coup de régimes de bananes, il faut voir comment ils t'avalent ca !
SANY1944Vers 14h notre guide a donné le signal de départ, en avant pour le Trekking !
Pres de trois heures de marche au milieu de la végétation luxuriante, pour au final se rendre au village, a 800 metres d'altitude. Durant la marche, la vue n'était pas particulierment dégagée, n'offrant donc pas de panoramas a couper le souffle mais se balader le long  des bananiers, des cafeiers, des Teks et des hautes herbes donnait un vrai sentiment de bout du monde.
Arrivés a notre camp de base pour la nuit, deux francais ont sortis les cartes et ont lancé un poker, puis lancé les bieres et enfin lancé la soirée ! 67 bieres plus tard, les voila en train de choper tous les poussins et les poulets qui passent pour les jeter dans la cabane ou tout le monde pionce. Avant qu'une australienne ne leur fasse faire le chemin inverse :)
Le lendemain c'est reparti pour la marche. Maxime nous gratifie d'une belle glissade sur quelques metres dans la boue et ca lance la journée, ou tout le monde ira de sa petite action chaleur. Apres les cascadeurs du dimanche, place a la cascade en elle-meme. Pas tres impressionante mais offrant un bassin naturel ou on peut se baigner dans un eau bien glacée dans l'ensemble. On a reprit la pente par la suite pour aller déjeuner au village, plus bas dans la vallée.
SANY1950Apres le déjeuner, le guide demande a toutes les personnes ayant réservé pour 2 jours seulement de monter dans la voiture qui va les amener a la riviere pour finir la journée. En fait il s'agit de tout le monde... sauf nous !
Et nous voila repartis, Jean, le guide et moi a monter un dénivelé pas reglementaire. Une pente a 60% pendant deux heures et demi. Le coeur a 180 tout le long. Pfffff chaud... Un chien errant fait le chemin avec nous jusqu'aux plantations de maïs ou il se fait pourchasser par trois de ses congénaires. Salut le didi !
Le long du parcours on voit tous les champs cultivés par les Lahu, la tribu montagnarde qui peuple ces collines. Il y a moins de 20 ans en arriere, l'intégralité des champs servait a la culture de l'opium. La reine et le roi de Thailande ont conclu a l'époque un accord avec toutes les ethnies du nord (Akhas, Lahus, Lisus, Miens, Hmongs etc...) pour sortir de l'opium  et laisser ca a la Birmanie voisine. Les paysans ont recu la visite de nombreux émissaire de Chiang Mai et de Bangkok pour leur apprendre a diversifier leurs cultures. Ils se sont donc mis a planter du café, du maïs etc... en contre-partie des routes ont été construites par le gouvernement, et plus récemment, ils se sont vu offrir de petits panneaux solaires pour offrir quelques heures d'éléctricité aux familles.
Notre famille d'accueil pour la nuit dispose de deux maisons en bambous, surmontée de toits en tole. Nous nous installons dans la maison servant de piece a vivre, avec en son centre un feu servant a la cuisine. On nous prepare a manger une excellente soupe accompagnée de riz et de petits légumes marinés dans une sauce au curry. Les heures passent et les gamins bondissant de partout laissent au fur et a mesure la place aux anciens qui se roulent des cigarettes avec du tabac local et des feuilles de mais séchées. On est resté de longues heures au coin du feu a discuter avec notre guide du tout et de rien mais surtout de la Thailande. La corruption, les touristes, la Chang Beer, les éléphants, tous les sujets y ont été abordés. On se couchera vers minuit, emmitouflés dans nos couvertures (il fait froid la nuit a 1200 metres !) bercés par le bruit de la ferme autour de nous : Poulets, cochons et chiens se relaient toute la nuit pour etre surs que tu ne dorme pas trop.
SANY2008Au matin, la famille reprend possession des lieux, les enfants font les cons avec un avion en papier que Jean leur a confectionné tandis que les hommes viennent un peu fumer des clopes au maïs et que les femmes préparent le petit-déjeuner pour tout le monde, cochons compris. Apres avoir remercié une fois de plus nos hotes d'un soir nous avons repris la route de la vallée, par un chemin sinueux le long de la riviere. Apres deux heures de marches, on commence a croiser bon nombre d'éléphants, la plupart affairés a transporter des touristes mais certains juste en balade avec leurs Mahouts. On finit le parcours en pick-up pour se rendre au départ du Rafting. Tous les deux dans le bateau gonflable avec un Thai a l'arriere qui controle la bonne marche des opérations : "Go !", "Stop!", "Stop!", "Stop!", "Go !", "Go !", "Go !" etc... Jean nous a alors offert la plus belle cascade du trip. Alors que le bateau etait coincé sur un rocher, notre Thai nous demande de sauter sur place pour faire bouger le machin et sortir de la. Jean y va avec sa finesse légendaire et saute comme un bourrin sur le boudin, décoince le bateau et retombe sur le boudin pour faire un aller-simple dans la riviere. Comme nous sommes dans un rapide, c'est quand meme beaucoup plus marrat, puisque d'un coup le THai me gueule de pagayer a contre-courant pour nous stabiliser pendant qu'il tient l'autre falabrac par la jambe pour le faire revenir a bord. Ok pas de blessés, on repart jusqu'a un pont ou ils nous font changer de bateau pour passer en mode radeau en bambou. Jean a l'avant a la manoeuvre pendant qu'un Thai est a l'arriere les pieds dans l'eau et une corde a la main pour s'assurer qu'il ne fasse pas n'importe quoi. Une vingtaine de miutes plus tard, nous arrivons sur la rive pour déjeuner un excellent Padthai (pates thai avec oeuf et petits légumes etc..). De l'autre coté de la rive les éléphants multiplient les aller-retour, ne manquant jamais d'arroser a l'aide de leurs trompes les Falangs qu'ils transportent.
Le guide nous a ensuite reconduit en fourgonnette jusqu'a la Guesthouse. Et nous voila deja, une heure plus tard, affalés sur les matelas en train de se faire masser. Plus exactement "huiler" pour Jean et "agresser" pour moi :) J'ai choisi le massage Thai, c'etait physique, surtout quand tu vois ta jambe passer devant toi pendant que la meuf est en train de te piétiner le dos. Spécial mais idéal apres 25 bornes de marche sur trois jours.
Nous avons passé la nuit a la Bungalow Guesthouse avant de sauter, hier apres-midi, dans un bus a destination de Sukhothai, a 6 heures de route vers le sud. Hier soir en regardant un truc sur internet, Jean commence a chatter avec Eduard (espagnol qui voyage avec sa copine Elena qui étaient avec nous dans l'avion Londres-Kuala Lumpur, et que nous avions revu a Luang Prabang).
Jean : On est a Sukhothai
Eduard : Je suis a Nuevo Sukhothai !
Jean : Ok on arrive dans 20 minutes !
On a passé la soirée avec eux deux a rigoler tant et plus, a envahir le 7-Eleven une fois le bar fermé, a aller jouer de la guitare dans leur guesthouse, avant que la Chang ait eu raison de tout le monde et que l'on parte se coucher. Grande nouvelle ils descendent comme nous vers Koh Chang ou ils veulent passer Noel. Nous aussi !
C'est bizarre ce sentiment que l'on a quand l'on retrouve des routards plus loin sur le parcours. Mais avec eux-deux c'est encore différent, on a l'impression que l'on est liés par quelque chose depuis l'avion. Ca va etre génial d'etre nos Spanish préférés pour passer Noel avant de passer... au Cambodge ! Et oui, les plans c'est fait pour changer tout le temps, on va se faire le réveillon dans le sud du Cambodge avant de rentrer a Bangkok le 6 Janvier, arrivant a l'aéroport Suvarnhabumi trente minutes seulement avant Bradrome Giordano et Angelina Tomajolie en attendant le reste de la cavalerie.
Oh putain ca va etre bon...

Bien entendu Jean se joint a moi pour vous présenter nos condoléances pour les conditions climatiques actuelles du coté de notre bonne vieille France...

Hasta luego et emmenez moi au bout de la Terre !

Publié dans Thailande

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
T

Maintenant que vous avez traversé les rivières et que vous visitez en ce moment même les vestiges de Sukhotai, je pense que ce voyage a formé votre jeunesse.
Il serait temps de vous rendre à la Poste la plus proche, et de m'envoyer une ou deux bouteille de 100Pipper


Répondre